Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Magazine Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.




FAUVES
(moyenne sur 7 notes)
COMÉDIE DRAMATIQUE, texte et mise en scène de Wajdi Mouawad, avec Ralph Amoussou, Lubna Azabal, Jade Fortineau, Hugues Frenette, Julie Julien, Reina Kakudate, Jérôme Kircher, Norah Krief, Maxime Le Gac‑Olanié, Gilles Renaud et Yuriy Zavalnyouk.
Fauves raconte peut-être ce soulèvement. C’est une histoire qui tente d’obliger, par la terreur, les personnages à s’extraire de leur domesticité, sans plus d’autre choix que de laisser paraître leur sauvagerie ancienne, archaïque, qui nous habite tous. Quand l’amour n’est pas ce que l’on croyait être, quand plus rien n’est à perdre, qu’il ne nous reste plus entre les mains qu’un couteau et l’être que l’on accuse de notre effondrement, à notre merci, démuni, réclamant une pitié que l’on refuse de lui accorder.

-
Réserver des places
THÉÂTRE NATIONAL DE LA COLLINE
15, rue Malte-Brun
75020 PARIS
M° Gambetta
Tél: 01 44 62 52 52
Web: www.colline.fr

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)
Voir tous les détails
CONDITIONS GRAND PUBLIC
Jusqu'au 21/6: du Mardi au Samedi à 19h30, le Dimanche à 15h00. Places de 30 à 10€.

CONDITIONS ADHERENTS
Profitez d'invitations et/ou de tarifs réduits (jusqu'à 70%) sur tous nos spectacles.

Renseignement au 01 43 72 17 00.

Voir comment adhérer
Notes des adhérents
4
0
1
1
1
Derniers commentaires des adhérents
Juliette-Valérie S. a écrit le 11/06/2019 à 17h19
      Note =
    Toujours du très grand Wajdi Mouawad.
Florence C. a écrit le 02/06/2019 à 23h54
      Note =
    Wadji Mouawad nous offre à nouveau un spectacle comme un grand kaléidoscope pimenté, coloré et fragmenté, aux facettes parfois surprenantes, souvent dérangeantes et surtout, étourdissantes. La mort a une place prépondérante, la transmission aussi et, on en ressort grandis parce que OUIIIII, c'est bien du chaos que jaillit la lumière !
    Les acteurs sont excellents !
Stéphane G. a écrit le 23/05/2019 à 11h56
      Note =
    Fauves fait partie de ces pièces marquantes d'une vie de spectateur. Dans ce labyrinthe de la vie où les choses étaient ou sont ou plutôt devraient être, cette tragédie décrit l'humain dans son état naturel dont les circonstances extérieures interagissent sur la vie de chacun. Les personnages de Fauves sont pris dans la tourmente de la vie comme une toupie qui tourne inlassablement sur elle-même et dont le mouvement à accélération centrale s'intensifie sans que l'on puisse s'en extraire et sans aucune linéarité. C'est ainsi la forme elliptique choisie par Wajdi Mouawad pour illustrer le parcours de cette tragédie en 2 actes et une cinquantaine de tableaux. La visite d'un notaire pour la succession de sa mère suite à un accident lui apprend que son père n'est pas celui qu'il croyait et que sa mère vivait autrefois dans un autre pays. La quête de son père biologique lui révèle de nombreux autres faits ayant une incidence sur sa vie. Le génie de cet auteur et également metteur en scène est de composer une mise en scène exceptionnelle, sonore, précise qui renforce les propos et entraîne le spectateur dans les torsions de la vie. Le rythme est rapide et ponctué de claquements de portes pour marquer le début d'un nouveau tableau. C'est la mécanique des rouages de l'existence dans laquelle l'homme est broyé par la force des événements sur laquelle il n'a aucune prise. C'est comme un film avec autant de flash-backs que l'on aimerait bien rembobiner, effacer ou ralentir pour pouvoir interagir sur les faits et les façonner selon sa volonté. Mais la synchronisation des faits en a décidé autrement comme des fauves en cage tel le personnage principal tournant en vrille des histoires du passé qu'il recompose au présent pour créer un nouveau temps le présent composé. Les comédiens sont impressionnants de réalisme et de talent pour jouer une même scène à l'envers avec quelques variables d'ajustement. C'est de la haute voltige millimétrée tel des acrobates qui jouent sans filet. Wajdi Mouawad est à la tragédie contemporaine du XXIème siècle, ce que Racine est à la tragédie grecque. Nous avons assisté hier a de la haute couture théâtrale française avec une mise en scène épurée nippone. A voir de toute urgence.
Bernard B. a écrit le 22/05/2019 à 13h02
      Note =
    J'ai été pris du début à la fin par cette pièce, dont la mise en scène est superbe, et même si les répétitions sont un peu énervantes au début, on s'y fait et elles apportent ensuite de nouveaux éléments à chacune d'elles, ce processus de répétitions est à mettre en parallèle de celui du cinéaste qui au moment de monter son film repasse plusieurs fois les même séquences afin de savoir quelle est le bon enchaînement des scènes qu'il doit trouver. Et dans ce cas, l'auteur, qui reprend les principaux thèmes qui lui sont chers, nous présente la recherche qui le travaille depuis Incendie sous une forme différente et non moins intéressante. Peut-être que Wajdi Mouawad n'est-il pas exactement aussi haut que dans Tous des oiseaux, qui était aussi plus politique, mais il était très haut ce soir pour moi.
Malo a écrit le 11/05/2019 à 16h26
    Note =
    Comme souvent avec W Mouawad on assiste à un bal de destins croisés. Les personnages sont conditionnés par des blessures qu'ils ressassent, mais le romanesque n'y est pas. Le propos est amoindri par des scènes répétitives et l'amoncellement de dérives familiales qui confinent au ridicule ( d'ailleurs la salle rit là ou elle devrait être émue). Mise en scène et scénographie remarquables et créatives mais ça ne suffit pas!
Haut